Le stress et l’anxiété soldés par une Anorexie.

Voici un article assez délicat à aborder…

Donc voilà, je me présente, je suis Lori et je suis tombée dans l’anorexie il y a quelques années.
Dis comme ça on pourrait se dire « c’est terminé, c’est une histoire ancienne si c’était il y a quelques années. ». Mais pas du tout.

Il y a 4ans déjà je suis donc tombée dans l’anorexie. Ce n’était pas du tout prévu « au programme ». Etant toujours complexée par ma fine taille, j’ai toujours voulu grossir (et oui) d’où mon grand étonnement quand je me suis dit « mais, si ça se trouve tu es peut-être anorexique… ». Pourquoi tout d’un coup cette remise en question ? Ce n’était pas à cause de ma fine taille. Mais je vivais une situation qui me causait beaucoup d’anxiété et de fil en aiguille, j’en perdais l’appétit à tel point qu’en 3 semaines / 1 mois j’ai perdu 6kg puis j’ai perdu jusqu’à plus de 10kg. Déjà que je ne pesais pas beaucoup, quand j’ai vu ça sur la balance ça a été la grosse panique ! J’ai donc fait quelques recherches sur internet et j’ai vu quelques signes d’anorexie où je me reconnaissais comme le fait de ne pas manger avec sa famille (comme j’habitais encore chez mes parents).

Quand j’ai vu les signes où je me reconnaissais, j’ai de suite voulu prendre rendez-vous avec une diététicienne. Heureusement, j’ai une amie qui est dans le métier ce qui m’a aidé. Elle est excellente dans son métier, une vraie épanouie dans le domaine, et elle m’a très vite mise en confiance. J’ai pu donc travailler sur mon état d’anorexique.

C’est avec cette maladie que j’ai compris que « le corps et l’esprit » sont très très liés. Littéralement mon corps me faisait comprendre qu’il saturait, c’était très impressionnant et ça me faisait très peur. Et j’ai dû apprendre à écouter mon corps. Etant une têtu, c’était assez difficile de se soumettre à son propre corps quand « l’esprit » veut autre chose. Mais si le corps dit « non » alors c’est que ce n’est pas bon pour moi et c’est comme ça que j’ai pu au fur et à mesure écouter celui-ci. Il y a eu des moments où ma diététicienne me disait des choses qui ne me plaisaient pas, elle me mettait les choses sous le nez et j’avais du mal à l’accepter mais en même temps il faut s’assumer et admettre qu’il faut remédier à certaines choses pour combattre l’anorexie. Elle a été vraiment extra et encore aujourd’hui je la remercie d’avoir été là pour moi, elle m’a aidé à sortir de cette maladie et m’a appris beaucoup de choses sur le fonctionnement de notre corps.

Ça m’a demandé beaucoup de patience. C’est une maladie compliquée et très dur pour s’en sortir c’est un réel combat et même encore aujourd’hui.Il y a des personnes qui, par le stress, vont beaucoup manger, et d’autres comme moi qui vont avoir l’appétit coupé.

Quand on tombe une fois dans l’anorexie, c’est un réel combat au quotidien car on se rend compte qu’on est sujet à cette maladie. J’ai décidé de ne plus jamais retomber dans cette maladie, et, même en période de stress, je me refuse de rater un repas même si parfois ça peut être difficile car on arrive à se contenter de rater des repas ce qui est très dangereux…

L’anorexie c’est aussi un mode de vie si je puis dire. Ce n’est en rien facile comme vous pouvez l’imaginer. Les moments passés à pleurer dans les cabines d’essayages car tous les vêtements essayés ne vont pas car ils sont trop grands même si c’est du 34. Les moments passés à voir son ventre tellement plat et ses jambes tellement fines qu’on pourrait se cacher derrière un poteau. Les moments où je vomissais en pleine nuit sans savoir comment mon corps peut autant me faire comprendre qu’il n’en peut plus. – j’en profite pour dire que je ne me suis jamais fait vomir. Voulant toujours grossir, je n’y pensais pas, c’est mon corps tout seul qui saturait-. Le moment également où ma diététicienne me dit que j’ai des organes qui sont en train de se détériorer. il faut pouvoir encaisser ses mots c’est très alarmant et très marquant. Et je ne parle pas non plus de l’aspect « nerveux » car, perdre du poids, ça joue automatiquement sur les nerfs et mon entourage a été très patient avec moi et je leur en suis très reconnaissante.

Je n’ai jamais caché que j’étais anorexique car ce n’était pas quelque chose de voulu ou de rechercher et j’ai toujours voulu m’en sortir. Et pour s’en sortir c’est aussi avoir le soutien des autres, en parler. Ça a été une période très traumatisante que je ne veux absolument pas revivre et je le souhaite à personne.

Lori D.

Diététicienne => Caroline Seguin

IMG_5779

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le stress et l’anxiété soldés par une Anorexie. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s